Prochaines randonnées :

 
 
 

plan_reprise_activites_federales_phase12V2 du 16-01-2021

 

 

 

21 Février 2021

Aire/Lys : Entre Lys et Canal

avec : Jean-Luc

départ 9 h église

covoiturage 8h30 SSC

 

Une commune flamande puis artésienne (847 – 1499)

Aire est citée une première fois en 847 : elle n’était alors qu’une villa occupant un léger relief au nord de la ville actuelle. La ville se développe autour du castrum que Baudoin II, comte de Flandre, fait construire vers l’an 900 au confluent de la Lys et du Mardyck pour résister aux invasions normandes. Ce château, dont il ne reste rien, était situé à l’emplacement actuel des places des Béguines et de Saint-Pierre. L’agglomération se développe le long de la route d’Arras à Saint-Omer, qui fait un angle droit au lieu-dit « ad crucem Arie ».

En 1059, alors qu’un nouveau château est construit, le comte de Flandre Baudoin V institue un chapitre de chanoines au sein du castrum et ordonne la construction d’une église consacrée à saint Pierre. L’église est consacrée en 1166, après plus d’un siècle de travaux ; elle était située au même endroit que l’actuelle collégiale mais était plus petite. Aire devient donc à la fin du XIIème siècle un centre religieux important, avec pas moins de 37 chanoines.

Vers l’an 1200, un nouveau château est construit par Baudouin IX. La ville est entourée d’une muraille en pierres blanches, dont le tracé ne changera pas jusqu’en 1893.

Au début du XIIème siècle, la ville devenue importante, 1 000 à 2 000 habitants peut-être, peut obtenir une charte de libertés communales, reconnue en 1188 par le comte de Flandre Philippe d’Alsace sous le nom de « charte de l’Amitié », mais qui existait déjà sous Clémence de Bourgogne (régente de 1096 à 1100). Le bourg ne cessera d’obtenir de nouvelles libertés au cours des siècles suivants. La commune est dirigée par un échevin ; un châtelain puis un bailli représentent le comte de Flandres. Le nouveau statut de la ville est symbolisé par ses armes, « un loup d’or sur fond de gueule », celui-ci sera plus tard remplacé par les armes actuelles et par la construction d’un beffroi, signalé à la fin du XIIème siècle.

Aire, ville flamande dont l’importance est comparable à celle d’Ypres ou de Courtrai, se soulève en 1213 contre le comte Ferrand de Portugal. Ce dernier assiège la ville, qui ne peut survivre que grâce à un convoi de grains providentiellement envoyé par le roi de France. Le culte que rend la ville à Notre-Dame Panetière serait lié à cet événement.

En 1237, le comté d’Artois est séparé du comté de Flandre et Aire fait partie de la nouvelle entité. Elle devient dès lors une ville frontière marquée par les conflits entre les comtes de Flandre et leur suzerain le roi de France. Néanmoins, si l’Artois est dévasté par la guerre de Cent Ans, les murs d’Aire découragent les Anglais de vouloir prendre la ville. Aire devient ainsi un refuge pour les populations rurales des environs. La commune refuse de reconnaître le roi Édouard III d’Angleterre en 1338.

En 1374, Marguerite, comtesse d’Artois, donne à la ville de nouvelles chartes. Sa petite-fille Marguerite ayant épousé en secondes noces le duc Philippe II de Bourgogne, l’Artois est rattaché en 1384 au très étendu duché de Bourgogne. C’est à Aire que le futur duc Philippe le Bon fait célébrer en 1415 les funérailles de ses deux oncles tués à Azincourt.

Si le XIVème siècle avait été une période troublée (les incendies étaient fréquents) et la peste noire tua 4 000 personnes en 1349, le XVème siècle est une période de paix et de prospérité pour Aire et plus largement la Flandre. Aire est alors une ville dynamique tant par son activité économique que par ses fêtes. L’importance religieuse de la ville attirait souvent en ses murs l’évêque de Thérouanne. Aire, outre son chapitre de chanoines, comptait en effet trois paroisses, trois couvents, une école latine et l’hôpital Saint-Jean-Baptiste.

Si Louis XI s’est emparé de la Bourgogne après la défaite de Charles le Téméraire en 1477, il ne tente pas dans un premier temps de s’emparer d’Aire. C’est après avoir acheté le sire de Cohem, qui gouvernait la place au nom de Marie de Bourgogne, que le maréchal d’Esquerdes prend Aire en 1482. Cette occupation ne dura que 17 ans : le roi Charles VIII rendit l’Artois à Maximilien de Habsbourg, veuf de Marie de Bourgogne, pour avoir les mains libres dans sa volonté de conquérir le royaume de Naples.

source : site officiel d’Aire sur la Lys

 

Le Baillage

Le beffroi  

 

28 Février 2021

Borre : Autour du contournement

 

avec : Danièle

départ 9 h église

covoiturage 8h45 SSC

 

 

Résultat de recherche d'images pour "Borre"  Résultat de recherche d'images pour "Borre"

 

 

 

7 Mars 2021

Cassel : Les Remparts de Cassel

 

 avec : Jean-Luc

départ 9 h église de Ste Marie Cappel

covoiturage 8h30 SSC

Toponymie

 

Carte ancienne du golfe de l’Aa, mentionnant Castellum Morinorum.

Le nom de la localité est attesté sous la forme Kastellon1 en 140, Castello au IVe siècle, Cassello en 840 et en 875, cassel en 1110, de Casleto en 1123, ce qui signifie « village fortifié »2. Forteresse du peuple gaulois des Morins, le sommet du mont a été occupé par les romains qui en avaient fait un poste fortifié.

Le mémoire de Schayes, couronné et publié en 1834, assimile le Castellum Morinorum antique à la ville flamande de Cassel3.

Premières occupations humaines[modifier | modifier le code]

Avant l’arrivée des Romains, la ville était un des oppida célèbres qui servait de cité principale au peuple des Morins : elle était alors appelée Castellum Morinorum qui deviendra par la suite Castellum Menapiorum sous la Ménapie romaine quand la ville sera donnée aux Ménapiens par Carrinas qui a d’ailleurs reçu un « triomphe » à Rome pour sa victoire.

source : wikipédia

 

cassel-promenade-des-remparts

 

Résultat de recherche d'images pour "cassel les remparts"

Résultat de recherche d'images pour "cassel les remparts"

 

14 Mars 2021

Bailleul : La Paperstraete

 

avec : Jean-Pierre D

départ 9 h stade de foot

covoiturage 8h30 SSC

Toponymie

Le nom de la localité est attestée sous les formes Badgiole au XIe siècle, Ballolium en 11936.

Ce toponyme est issu du latin balliculum (palissade), ou d’un mot de base baculum (bâton) et le suffixe diminutif -eolum de présence. Dans les deux cas, la ville a été nommée d’après la palissade qui l’entourait, ou qui entourait le château à la base de l’agglomération[réf. nécessaire].

Bailleul se nomme Belle en néerlandais et en flamand occidental7, Bailleu en picard. Les habitants se nomment Bellenaerd en flamand occidental, Bellenaard en néerlandais.

Histoire ancienne

Des silex taillés ont été retrouvés en 1875 sur la colline du Ravesberg, témoignant d’une présence d’hommes de la préhistoire2.

Les origines de la ville de Bailleul remontent à la plus haute Antiquité : Meyer et Gramaye disent qu’elle a été fondée par une colonie de Belges chassés de Bavay au moment où Jules César vint livrer bataille aux Nerviens. La situation de cette ville sur la voie que les romains avaient tracée entre Cassel et Wervik paraît donner à cette légende un fond de vérité ; on a, du reste, trouvé, lors de fouilles au Mont de Lille en 18202, des traces de fortifications et des médailles à l’effigie des empereurs Nerva, Trajan et Domitien. D’autres historiens pensent que le fondateur de Bailleul est un capitaine des Cattes, tribu germanique, s’appelant Bellem. C’est lui qui aurait donné son nom à la ville.

La ville fut détruite par les Francs en 420 et demeura inhabitée pendant deux siècles, jusqu’au moment où, en 621, Lydéric, nommé par Dagobert grand « forestier » de Flandre (en fait gouverneur, -ce vocable utilisé par les historiens serait dû à une erreur de traduction-), « détruisit les bêtes féroces et repeupla le pays ».

Bailleul était déjà connue du temps des Morins, l’histoire de la fondation de la chapelle de Ravensberg contenant ces mots : « SACELLUM IN MONTE COMITIS JUXTA BALLIOLUM IN TERRA MORINENSI ».

Il est à croire que ce pays a été habité par les Cattes dont le Katsberg (mont des Cats) et le mont Cassel ont retenu le nom. Une bataille donnée par Godoald, capitaine des Cattes, eut lieu à un endroit maintenant appelé Godewaersvelde, de Godoaldsveld, soit en français « le champ de Godoald ».

 

bailleul - Recherche de cartes postales - Geneanet

Magasin de vélo Bailleul - Votre magasin de cycles au coeur des Flandres -  Location de vélos électriques - Flandres Bikes

Bailleul - CPArama.com

Actualités 3 partenariat INFOS UTILES

INFOS UTILES

Partenariat FFRP – Gîtes de France

La Fédération Française de Randonnée Pédestre et les Gîtes de France ont signé un accord de partenariat permettant d’obtenir une réduction lors de la location de gîtes en individuel ou de groupe.

 Pour accéder au site dédié il vous faut un identifiant et un mot de passe que vous trouverez ci-dessous

 Login (identifiant) : FFR59

Mot de passe : IJS82

Signaler un Problème rencontré lors d’une randonnée

Pour tout problème rencontré sur n’importe quel circuit et y remédier au plus vite un site internet est en service :

suric@te sentinelles sports de nature

Un équipement adapté

Pour toute randonnée tu dois avoir :

  • Des chaussures de randonnée en bon état (les semelles sont comme les pneus, ça s’use. pense à vérifier de temps en temps) !!!
  • Technique des 3 couches pour toujours rester au chaud et au sec dans vos vêtements de randonnée.
  • Un coupe-vent
  • Un vêtement de pluie ( si votre sac à dos n’a pas de protection contre la pluie, pensez à emballer son contenu dans des sacs plastiques )
  • Un vêtement chaud ( polaire) et suivant la saison : lunettes de soleil, gants, bonnets….etc
  • Éventuellement un tee-shirt de rechange
  • De l’eau en quantité suffisante (2 litres pour une journée)
  • Ta pharmacie personnelle.
  • Une paire de bâtons si vous en utilisez
  • Et un paquet de mouchoirs, ou un petit rouleau de papier toilette, peut toujours s’avérer utile
  • Ne négligez pas la bouffe, emportez assez et mangez souvent
    • – Barres céréales, fruits secs ou pâte d’amande.
    • – Repas du midi (si c’est froid alors pas besoin de réchaud…)

Comment_bien_choisir_ses_chaussures_de_randonnee-guide_gratuit

Image associée

Liste_de_materiel_pour_la_randonnee

Résultat de recherche d'images pour "chaussure de randonnée + humour"

Comment_préparer_une_randonnée

Résultat de recherche d'images pour "chaussure de randonnée + humour"

Témoignages

Témoignages lors des Balades au Pays des Géants du 25 mars 2018

Anonymes

1) Merci très belle rando, bien organisée et bien balisée pour les randonneurs, en revanche les voitures et les vélos ont l'aie surpris de nous rencontrer. peut-être pourrions mous les prévenir de notre présence.

Je suis surpris que des cyclistes puissent être étonnés de croiser des randonneurs cela arrive tous les week-end. Quant à prévenir tout le monde !!. Nous déclarons la manifestation en préfecture et prévenons déjà la gendarmerie de Steenvoorde

Quant aux passages dangereux nous prévenons les automobilistes par des panneaux "Danger Randonneurs"  dans les 2 sens de circulation.

2) Bon accueil à l'arrivée et au retour. Fléchage impeccable. Parcours un peu trop bitumeux mais l'ensemble est plus que correct.

3) A quand le sandwich au caviar

             Quand nous pécherons des esturgeons dans la Lys.

4) Parcours de 6 km, très bon balisage; accessible aux personnes à mobilité réduite. Merci pour l'accueil

5) Parcours des 15 km belle balade bien balisée mais pas trouvé les géants !! Merci pour l'organisation!

6) Merci pour tout? trés bonne organisation. A l'année prochaine (UN ou UNE Dunkerquois(e) )

 

 

Conseil d'Administration

Conseil d'Administration de MEVE Randonnée

Président : Cardon Jacky

Vice présidente : Minne Danièle

Secrétaire : Dufnerr Patrick

Trésorière :Jablonski Brigitte

Membres : Budin José chargé de l'intendance, Chaintreau Alain chargé du balisage, Denis Danuta, Deroo Jean-Pierre, Tankeré Ghislaine

Président d'honneur : Mr Clerc Gérard

compteur